1944, l’incroyable sauvetage du lieutenant Donovan

1944, l’incroyable sauvetage du lieutenant Donovan

HISTOIRE Il y a 75 ans, un avion de chasse américain est abattu à Chalais(16). Le pilote s’en sort. Cette semaine, sa famille effectue un « pèlerinage »

Olivier Sarazin (o.sarazin@sudouest.fr) nous raconte, dans l’édition de Périgueux de Sud-Ouest, l’épopée de ce pilote américains abattu à Chalais.

« C’était un aviateur courageux, toujours enjoué et très pieux, comme beaucoup d’Américains. Le lieutenant David A. Donovan, pilote de chasse du 358th Fighter Squadron, avait 26 ans le 8 juin 1944. Ce jeudi-là, deux jours après le débarquement de Normandie, il frôla la mort dans le ciel du Sud- Charente. Sa fuite sur les routes de Dordogne et du SudOuest dura trois mois. Le récit de cet incroyable sauvetage aurait pu être oublié, balayé par d’autres faits d’armes plus prestigieux. Il est aujourd’hui exhumé par un jeune Bordelais féru d’histoire, dont les premiers auditeurs sont les enfants et petits-enfants du soldat Donovan en personne. L’épopée est racontée cette semaine, à la faveur d’un «pèlerinage» familial en France et de deux cérémonies près de Chalais et de Mussidan (lire ci-contre). Le narrateur s’appelle Pierre-Baptiste Castandet. Ce jeune Bordelais travaille dans le monde du vin et de la communication. Il n’est pas historien, mais s’intéresse à l’aviation et à la Seconde Guerre mondiale… « Mon grandpère, à Saint-Émilion, me racontait avoir vu un avion de chasse américain canarder une station radio allemande près de Pomerol. J’étais gamin. Ça m’a marqué, rapporte-t-il. Plus tard, j’ai entamé des recherches. Elles ont duré dix ans. J’ai échangé avec beaucoup de spécialistes, dont l’historien périgourdin Patrice Rolli, qui m’a bien aidé. J’ai consulté des archives américaines, discuté avec des vétérans et leurs enfants sur des forums. C’est comme ça que j’ai découvert l’histoire de David A.Donovan et fait la connaissance de son fils Jack.» Le lieutenat Donovan appartenait donc à une unité de chasse de la 8e Air Force basée à Steeple Morden, au nord de Londres. Il effectua 37 missions en Europe. Le 8 juin 1944, trois groupes d’une trentaine de P-51 Mustang devaient mitrailler les convois ferroviaires allemands et retarder leur progression vers le front normand. Les avions de chasse remontèrent l’estuaire de la Gironde, puis se séparèrent. Une escouade prit la direction de Saintes, la seconde fonça vers le Sud-Charente, la troisième fila vers le Périgord.

Il fut taiseux après la guerre

Pierre-Baptiste Castandet rapporte: « Vers 17 heures, les P-51 survolèrent Chalais, où stationnait un train chargé de matériel militaire allemand. Donovan effectua deux passages. Son appareil fut touché par le tir d’un canon de 20mm installé sur le donjon du château. Le moteur et son système de refroidissement étaient endommagés. Donovan réussit à s’extraire du cockpit et à sauter avant le crash…» [Notre infographie ci-dessous]. Début de la fuite jusqu’en Provence, où Donovan retrouva les tro upes alliées après le débarquement de la mi-août. «De retour chez lui dans le Minesotta, il ne dit pas grand-chose de la guerre. Il est décédé en 1993, sans détailler tous ses souvenirs. C’est sans doute pour cela qu’aujourd’hui, son fils Jack, ses filles Mary-Joyce et Peggy et certains de ses petits-enfants ont décidé de marcher sur ses pas. Ils ont visité les plages de Normandie et Paris il y a quelques jours. Je les attends cette semaine en Charente et en Dordogne», conclut Pierre-Baptiste Castandet. »

Spread the love
Les commentaires sont clos.