Des élèves du collège d’Excideuil récompensées

Des élèves du collège d’Excideuil récompensées

Sud-Ouest consacre un article dans son édition de la Dordogne du 7 juillet 2021 au prix remporté par des élèves de 3ème au Concours nationale de la Résistance:

« Cinq élèves de 3e de la cité scolaire Giraut-de-Borneil, primés au concours national de la Résistance, ont été récompensés vendredi 25 juin, en présence des responsables des associations d’anciens combattants et de l’équipe éducative.

Les collégiennes ont remporté le 4e prix académique pour leur travail sur le sujet « 1940: entrer en Résistance, comprendre, refuser, résister». Les élèves ont découvert une histoire qui s’est déroulée à la cité sanitaire de Clairvivre.

Irène et Frédéric Joliot-Curie y ont séjourné en 1940 et ont été impliqués dans un fait historique d’importance : la bataille de l’eau lourde, en lien avec le développement de l’arme atomique.

Cette bataille les a amenés à œuvrer pour la France libre, en aidant au transport et à la dissimulation du stock mondial d’eau lourde depuis l’usine chimique de Norsk Hydro à Vemork, en Norvège, jusqu’en Angleterre en février et mars 1940.

Fiction et fait historique

« Ce qui nous a intéressés, c’est ce fait historique rocambolesque et la proximité d’un lieu extraordinaire : la cité sanitaire de Clairvivre », explique les collégiennes.

Pour concevoir et réaliser le travail présenté, elles ont profité de l’expertise et du savoir de nombreuses personnes, comme leur professeur d’histoire, M. Pressoir, ou le romancier Hervé Brunaux, auteur du roman historique « Au plus cher de nos vies ».

La mairie de Salagnac et le comité local du Souvenir Français ont également participé à l’événement, comme le personnel de Clairvivre et le Pays d’art et d’histoire Vézère Ardoise.

L’association Canope 24 a apporté son soutien logistique et Mme Righi, proviseur, et Mme Martin, proviseur adjointe, ont épaulé les élèves. Grâce à toutes ces influences, elles ont imaginé une production protéiforme entre fiction et fait historique et ont pu ainsi redonner vie à ces deux grands scientifiques en proie à des choix cruciaux, lors de cette année 1940.

Auprès de leur professeur de lettres modernes, Amina Fadel, les élèves émues, ont reçu cadeaux et compliments de l’ensemble des invités. »

Spread the love
Les commentaires sont clos.