Décès de Ralph Finkler

Décès de Ralph Finkler

Nous avons appris le décès de Ralph Finkler alors même que nous assistions aux obsèques de notre ami René Chouet.

 

Le Bureau du CDM transmet à ses proches et à sa famille ses plus sincères condoléances.

Retrouvez la belle expression de Ralph de son engagement de passeur de mémoire auprès des jeunes dans ce discours prononcé lors de la cérémonie de valorisation des travaux des participants au concours de la Résistance et de la Déportation le mercredi 13 juin 2018 à la Préfecture de la Dordogne, en vous rendant sur la rubrique publication du site ou en cliquant sur le lien: http://cdm24.fr/publications/discours/

Hervé Chassaing lui rend hommage dans  l’édition du dimanche 8 février 2021 du journal Sud-Ouest:

« « L’oubli serait une deuxième mort», aimait dire Ralph Finkler dans ses discours lors de cérémonies ou devant des classes où il témoignait, avec un réel talent de conteur, de l’esprit de résistance qui l’avait animé dans sa jeunesse entre 1940 et 1945. Ralph Finkler est décédé samedi 6 février à Périgueux. Il est né à Paris en 1924, mais est arrivé très jeune à Périgueux. Dès le début de l’Occupation alors qu’il est encore lycéen, il diffuse des tracts dans les rues de la ville au risque de se faire prendre, puisqu’il est juif. Il rejoint dès 1943 un maquis de Francs Tireurs Partisans, les FTP, composé d’étrangers, notamment de guérilleros espagnols. C’est avec eux qu’il vit ses premiers combats à Veyrines-de-Domme, le 16 mars 1944, où une partie de ses amis sont massacrés. À Périgueux il était très actif pour que l’on se souvienne de la rafle du Palace du 10 mai 1944, à la suite de laquelle de nombreux juifs avaient été déportés. Même chose pour le souvenir du 19 août 1944, jour de la Libération de la ville : Ralph Finkler avait dû aller reconnaître dans une fosse commune l’un de ses cousins fusillés. Il avait ensuite continué la guerre dans une brigade juive partie se battre contre les dernières poches allemandes de l’Atlantique. Photographe de presse Après la guerre, il était notamment devenu photographe dans le fameux studio Diaz qui alimentait les journaux de Périgueux, et avait par la suite collaboré au quotidien «l’Écho » aux côtés de son ami de résistance Léon Lichtenberg. Il était aussi membre du Club de la presse du Périgord dont il était devenu le doyen. Depuis sa retraite, le Périgourdin s’était engagé pour la mémoire de la Résistance. Il rappelait à l’ordre tous ceux qui oubliaient l’histoire, notamment lors du 8 mai, qui est l’anniversaire de la Victoire de 1945 ou de la capitulation des Allemands, mais pas un armistice : « ça, c’était en 1940 quand Pétain a capitulé », rappelait ce farouche opposant à toutes les oppressions et fascismes, qui avait milité au Parti communiste avant de s’en éloigner. Il était très actif au sein de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (Anacr), dont il s’occupait du journal. Il avait été décoré de la Légion d’honneur en 2015. Après la mort de René Chouet il y a quelques jours, lui aussi né en 1924, c’est toute une génération de témoins de l’histoire qui disparaît. Il ne faudra pas les oublier. Les obsèques de Ralph Finkler auront lieu lundi 15 février à 11 heures, dans l’intimité familiale, au crématorium de NotreDame-de-Sanilhac. »

Cet article a été complété le lundi 8 février:

« En quelques jours, deux passeurs de mémoire, figures importantes de Dordogne, se sont éteints. Après René Chouet, ancien déporté à Mathausen et militant communiste, c’est le résistant Ralph Finkler qui est décédé samedi 6 février à Périgueux, à 96 ans (lire « Sud Ouest » d’hier). Les hommages n’ont pas tardé.

La maire de Périgueux, Delphine Labails, fait part de son «émotion». Elle rappelle que la Résistance, Ralph Finkler « ne l’a jamais quittée », témoignant inlassablement «dans les écoles, les collèges et les lycées sur son engagement contre le fascisme », participant fidèlement aux commémorations de la Libération de Périgueux près du mur des Fusillés, « sur les lieux mêmes où, en 1944, il identifiait le corps de son cousin, victime de la barbarie nazie ».

Pour Delphine Labails, l’exemple de Ralph Finkler et des autres résistants « a toujours valeur d’actualité ». Si lui comme René Chouet incarnaient « les valeurs d’engagement et de don de soi », il faut maintenant « transmettre cette mémoire», «inlassablement», auprès des plus jeunes. « À titre personnel, je perds aussi un ami et un soutien indéfectible que j’ai eu la chance de côtoyer depuis le début de mon engagement politique, écrit l’élue socialiste. Je regretterai un homme respectueux des autres et attentif à eux, une personnalité toujours accessible et disponible.»

Le président du Conseil départemental a également réagi par un communiqué à l’annonce de cette disparition. «Il était l’une des personnalités les plus marquantes de la Résistance en Périgord », écrit Germinal Peiro, qui salue lui aussi l’engagement au long cours, à gauche, de Ralph Finkler: «Jusqu’à la fin de sa vie, il fut passionné par le débat public. Il avait souhaité, au printemps 2019, rencontrer Raphaël Glucksmann, alors candidat aux élections européennes, lors de son passage au siège de la fédération socialiste à Périgueux ».

«Combat humaniste»

En rappelant la mémoire de René Chouet, il ajoute : «Il nous appartient collectivement de prolonger leur combat humaniste dont l’utilité dans ce monde-ci s’avère, hélas, chaque jour un peu plus urgente.»

Benjamin Delrieux, conseiller régional et élu à Siorac-en-Périgord, rappelle dans un message posté sur Twitter que Ralph Finkler était le seul survivant de l’attaque du Canadier [NDLR, à Veyrines-deDomme], où quatre de ses camarades espagnols sont morts sous les balles de la milice. «Toute ta vie tu auras porté le message de la Résistance, écrit-il. Avec toi disparaît un des derniers héros, un des derniers phares face à la nuit.»

Les obsèques de Ralph Finkler auront lieu lundi 15février, à 11 heures, dans l’intimité, au funérarium de Notre-Dame-de-Sanilhac. »

A voir également l’article de France Bleu: France Bleu Périgord

Spread the love
Les commentaires sont clos.