Commémorations à Fossemagne, Azerat et Thenon

Commémorations à Fossemagne, Azerat et Thenon

Comme chaque année, les résistants morts aux combat ou capturés et assassinés, les habitants exécutés pour l’exemple, victimes de la barbarie nazie, ont été honorés dans le secteur de Thenon ce dimanche 9 août 2020. Ces cérémonies, nombreuses et importantes en Dordogne, assurent la continuité du devoir de mémoire, pour que de telles atrocités jamais ne se reproduisent. Les intervenants, rappelant les horreurs engendrées par le fascisme à l’époque, n’ont pu s’empêcher de les comparer aux nouvelles barbaries exercées pour des prétextes religieux et de nous alerter sur les extrémismes et populismes renaissants en Europe, les même causes ne pouvant conduire qu’au mêmes effets.

Tout d’abord, sur le site du camp du Groupe Roger de l’armée Secrète (AS) en la mémoire de deux jeunes combattants, René Victor Heitzler et Elie Chatelier capturés et assassinés respectivement en mai et août 44.

 

Puis à Azerat, sur la RN89 où eut lieu de nombreux accrochages entre Allemands et Résistants. Une stèle est élevée en la mémoire d’Edgar Favard, tué à 21 an au combat, au cours de l’attaque par l’AS d’un convoi allemand parti de Périgueux et se dirigeant vers Brives. Ce convoi fut harcelé sur tout son parcours par les FFI.

 

Enfin, à l’entrée de Thenon, au Poteau d’Ajat, où un petit groupe de Francs Tireurs Partisans (FTP) du Groupe Gardette accompagnaient le 31 mars 19944, Jean-Baptiste Delord, alias Robert, résistant de la Creuse appelé à prendre des responsabilités en Dordogne, quand il fut accroché par une colonne allemande, détachement de la sinistre division Brehmer. Deux figures très connues de Résistance locale, Sanson Roche et Jean Givord, premiers à traverser la nationale, réussissent à s’enfuir. Parmi les quatre autres, retranchés dans une vigne qui ne leur offre pas un très bon couvert, l’un réussit à rebrousser chemin, mais Jean-Baptiste Delord et Jean Nadal sont touchés mortellement, tandis que Jacques Tête, grièvement blessé à un pied, est capturé. Emmené à la mairie de Thenon, questionné et roué de coups, il est finalement abattu derrière l’immeuble communal.

Voici l’article rendant compte de ces cérémonies dans le journal Sud-Ouest:

Spread the love
Les commentaires sont clos.